argent éthique

Le fric aura notre peau ?

Dans les milieux “militants” écolos ou éthiques, nous avons un rapport plutôt conflictuel avec l’argent. Il y a, en plus, pour certain, un véritable culte du bénévolat et de la perfection, qui poussés à l’extrême nous détournent du chemin vers l’utopie. Mais bien utilisé, l’argent peut aussi être notre allié.

Notre rapport à l’argent

Avouons-le, l’argent peut nous paraître la cause de beaucoup de maux. La recherche de profits pour des actionnaires que nous ne connaissons pas mène notre société dans une période sombre. On objetise les êtres vivants, hommes et animaux, on brevette le vivant, on dégrade, on pille, on prend la part des autres, voisins et enfants. Cette société nous pousse à nous incarner en avoir humain et à nous laisser posséder par les biens matériels. Nous luttons contre notre penchant à l’égoïsme et l’égocentrisme. Sans nul doute, les générations futures nous regarderons comme une société barbare.

Bénévolat ?

Pour la plupart, nous souhaitons que ça change. Beaucoup s’engagent dans le milieu associatif et dans des actions bénévoles pour plus de valeurs ; tel que l’éthique, l’altruisme ou le respect. Mais ça ne suffit pas, il faut aussi qu’on se professionnalise et en faire nos métiers pour arriver à nos fins. En me lançant dans l’entrepreneuriat, vous n’imaginez pas le nombre de personnes qui en gros me conseillaient de travailler gratuitement. Quand on se bat pour des idées, il faudrait que ce soit forcément bénévole ? Si tu pollues et exploites, c’est normal d’être payé pour le faire?

Le syndrome de l’oie blanche

Si on commence à diffuser son image pour promouvoir un autre style de vie, tôt ou tard, on va vous passer au crible pour vérifier que vous n’avez pas d’incohérence. Regardons à la loupe ! Êtes-vous vraiment parfait ? Parce que l’une des répliques les plus fréquentes pour éviter de passer à l’action est la suivante :

“Mais à ce rythme là, on ne fait plus rien. On ne peut pas être parfait ! La preuve toi, tu ne l’es pas !!! Je t’ai vu il y a 3 mois avec ta canette de coca”

Traduction :

“Tu ne m’auras pas avec tes tentatives pour me faire changer. Ça ne m’intéresse pas et je trouve les excuses pour ne pas me confronter à mes incohérences.”

Ce culte de la perfection est récurrent et m’attriste par sa constance à toujours revenir dans les discussions. Souvent, les plus passifs des “militants” sont souvent les plus critiques vis-à-vis des plus actifs. Les militants se torpillent tous seuls.

Et de la même manière si une entreprise souhaite faire d’une valeur son fond de commerce, c’est louche ! Est-ce qu’une action pour avoir du sens doit être dénuée de profit financier ? Attention, c’est peut être une imposture. C’est du greenwashing ? Un argument marketing ? Comme si entreprenariat et éthique étaient totalement incompatibles.

Le sens de l’argent

L’argent fait tourner le monde. Il permet aux associations de fonctionner et aux plus belles réalisations de voir le jour. En réalité, l’argent permet de traduire la valeur qu’on associe à un objet ou à une prestation. Quelques individus peuvent être responsables de la destruction d’écosystèmes entiers, et tout le monde trouve normal qu’ils puissent crouler sous l’argent. Mais la personne qui s’active pour que les choses changent, pour un monde plus beau, il devrait le faire gratuitement ? Ben oui, il est animé par les convictions, il n’a pas besoin d’argent pour se motiver. Pourtant, on le voit bien, nos cartes bleues fonctionnent bien mieux que nos cartes électorales.

Alors ne soyons pas frileux à faire circuler l’argent et l’information pour des gens qui développent des business éthiques ou qui font à leur manière progresser les choses.

“Han, vous vous rendez compte, il utilise un canal de diffusion (mails ou autres) pour un business alors que nous sommes des militants bénévoles.“

Et bien, c’est super, faites circuler l’information. Nous sommes tous dans le même bateau et nous avons le même combat. Parce qu’il ne s’agit pas juste d’un passe-temps mais bien de contrer des lobbies puissants. Tous les petits efforts et les petits progrès vont être utiles. Vive les monnaies locales qui permettent à l’argent de devenir un vecteur de progrès !

L’argent doit circuler pour mettre en route une économie vertueuse.

garde robe minimaliste

garde robe minimaliste, motivation pour les feignasses

La garde robe minimaliste dans la théorie, ça fait partie d’un idéal que j’aimerais atteindre. Mais quand je lis des articles à ce sujet, je perds toute motivation. A chaque fois, ça m’a l’air tellement laborieux. Et finalement hourra, j’ai réussi à lancer le processus en douceur ! Je vous livre ma méthodologie 🙂

La garde robe minimaliste : faire sa propre liste

Cette première étape est simple et facile à mettre en œuvre. En une heure, ça peut être fait. Personnellement, je suis partie des descriptions de garde robe de Béa Johnson et Dominique Loreau pour faire ma propre liste. En fonction de mes envies et de mes habitudes, j’ai imaginé la garde robe idéale. Elle est un peu plus fournie que les leurs : celle de Béa Johnson est un peu légère pour l’hiver et celle de Dominique Loreau manque un peu d’accessoires féminins. Voici ma liste. Mais surtout imaginez votre garde robe minimaliste ! Personnellement, ça m’a donné l’impulsion pour m’y mettre. La liste n’est pas gravée dans le marbre, elle doit être mise à l’épreuve.

Hauts

  • 2 chemisiers
  • un top manche longue (motif)
  • un top manche longue basique
  • un débardeur noir
  • un débardeur de couleur
  • un cardigan
  • un pull léger
  • 2 pulls d’hiver
  • 2 sous pulls
  • 3 t-shirts

Bas

  • un jean
  • 2 pantalons
  • un pantalon en toile
  • un short
  • une jupe noire
  • une jupe de couleur/motif ou autre

Vêtements d’extérieur

  • un trench coat
  • un manteau d’hiver
  • un blazer été/ un blazer hiver
  • une veste d’été
  • un blouson en simili cuir
  • un gilet long

Accessoires

  • une étole
  • un foulard
  • une écharpe
  • un bonnet
  • une paire de gants
  • un parapluie
  • une paire de lunettes de soleil
  • un chapeau de paille
  • un chapeau autre
  • une ceinture
  • un sac à main
  • un bagage à main

Sous-vêtements

  • un maillot de bain
  • 2 pyjamas
  • 7 culottes
  • 1 soutien-gorge
  • une paire de collants
  • 10 mouchoirs de poche

Robes

  • une robe noire
  • une robe de couleur / à motif

Chaussures

  • chaussures de marche
  • chaussons
  • bottes plates
  • bottines à talon
  • sandales plate
  • sandales à talon
  • tongs
  • escarpins

 

Composer sa garde robe minimaliste

Ma liste à la main, j’ai commencé à faire ma sélection dans les placards. Moi qui n’aime pas faire le tri dans mes affaires, j’ai trouvé l’exercice fluide et rapide. Finalement, quand on a un vêtement entre les mains et qu’il est question de l’ajouter à sa garde robe minimaliste, ça devient beaucoup plus évident de se rendre compte si on l’apprécie vraiment ou non. Pour certains, c’est un crève coeur de choisir et pour d’autres on sait déjà ! Jamais, au grand jamais, il ne se retrouvera dedans donc autant s’en débarrasser. Je garde en carton les vêtements que j’apprécie et qui sont encore en bon état. Je me laisse ainsi la possibilité de changer d’avis, d’ajuster, de remplacer ou de varier les plaisir d’ici un ou deux ans.

 

Il faut donc prévoir, cartons et sacs. Voici les trois catégories :

  • ma garde robe (sur le lit)
  • les éléments difficiles à mettre de côté et les pièces que l’on garde pour remplacer
  • les vêtements que jamais je ne voudrai voir dans ma garde robe minimaliste

Conclusion

Le résultat est surprenant pour ma part. Il y a des éléments que j’ai en quantité comme les vestes. Malheureusement, je vis dans une région où le printemps et l’automne ne durent qu’un mois à peine. J’aime ça, mais je n’en n’ai clairement pas l’utilité. J’ai un stock de vestes pour les 10 prochaines années je pense. Par contre, je n’ai pas de sous pulls corrects et mes hauts manches longues font triste mine. (Si tu as une bonne adresse, je suis preneuse). Bref, ça me remet les idées en place.

Je tiens le bon bout, bientôt j’aurais enfin une garde robe minimaliste et totalement éthique qui correspondra à mes valeurs. Laisse-moi un commentaire pour me dire un peu où tu en es de ta garde robe éthique.

fourrure animale

Halte à la fourrure animale – Vire ta capuche

Halte à la fourrure animale ! Encore hier, j’étais dans le tram et je constatais avec effroi le nombre de fourrures que l’on pouvait voir sur les capuches, bottes et autres accessoires. J’espère qu’une proportion importante étaient synthétiques mais il est certain que dans le lot il y en avait des vrais. Ce sont principalement des femmes qui en portent. Est-ce qu’elles savent qu’elles portent de la vraie fourrure ? Est-ce qu’elles savent ce que ça implique ? Peut-être que moi aussi j’en ai porté sans le savoir.  Ouvrons les yeux et faisons passer le message.

La campagne de sensibilisation

Rémi Gaillard, Georgia Horackova (youtubeuse) et Grégory Guillotin participent à une campagne de sensibilisation sur la fourrure animale: “Vire ta capuche”. Plutôt que de vous expliquer, voyez plutôt le résultat en images et vidéos.

 

fourure animale

fourure animale

Passer à l’action

Il est rageant de constater que de nombreuses marques utilisent encore de la fourrure animale. Heureusement dans cette quête de vérité, le site “Vire ta capuche” nous donne accès à une liste rouge (lien : http://www.mode-sans-fourrure.com/liste-rouge) et une liste verte (lien : http://www.mode-sans-fourrure.com/liste-verte ) de marques en fonction de leur utilisation ou non de fourrure animale.

Le site vous permet de participer à un envoi massif de mails pour motiver les marques incriminées à modifier leurs pratiques. Et pour finir, nous pouvons boycotter ces marques et faire passer le mot autour de nous.

 

Foutons enfin la paix aux animaux !

 

Enregistrer

chaussures éthiques

Sixième achat : Encore des chaussures ?

Je vous l’ai déjà dit, j’avais grand besoin de renouveler mes chaussures. Dans mon précédent article, j’ai fait un magnifique listing de marques de chaussures éthiques. Un article à ne pas manquer si vous ne l’avez pas encore lu. Alors, je continue à renouveler mon placard à chaussures avec deux nouvelles paires.

Escarpins Jonny’s Vegan

chaussures éthiques

J’ai pas mal alterné entre cette paire et les sandales que j’avais déjà acheté de la marque NAE. Ce modèle classique se porte vraiment avec tout. Les chaussures sont confortables. La semelle est douce contre le pied et amortit les chocs. J’avais l’impression d’avoir une démarche de gazelle. Cette sensation fut bien agréable cet été.

Bottines Novacas

chaussures éthiques

Je viens juste de les recevoir, je vous tiens au courant de leur évolution et de leur confort ! Les deux paires ont été acheté sur le site Avesu. Il est quand même bien sympa ce site. Pour les hommes, il est nettement moins attractif et les modèles n’y sont pas tip-top.

Retour sur les sandales NAE

chaussures véganes

Je vous avais informé de cet achat et de mon petit bricolage avec pic à fondue et tire bouchon pour qu’elles soient à la bonne taille. J’avais quelques craintes sur le résultat. Et dans les premiers temps j’ai eu de belles ampoules. Mais c’est vite passé et j’ai rapidement été à l’aise dedans. Heureusement, j’avais prévu le coup en prévoyant d’autres chaussures avec lesquelles alterner.

chaussures éthiques

Chaussures éthiques

Une longue recherche

Depuis que je suis devenue végane, je suis restée deux ans sans acheter de chaussures. Je voulais prendre le temps de trouver des modèles qui me plaisent à tout point de vue. Je constate qu’il n’est pas évident de trouver des chaussures à la fois véganes, produites en Europe, éco-conçues et belles. Ce dernier critère étant assurément subjectif. J’ai quand même eu quelques frayeurs au début. Les premiers articles que j’ai lu à l’époque (il y a 2 ans) proposaient des liens vers des sites affreux avec des chaussures qui ne me faisaient pas du tout envie. Heureusement, l’offre a évolué et surtout est devenue plus accessible.

Depuis plusieurs mois, je passe en revue les sites internet à la recherche de marques sympas. J’ai mis tellement de temps à me décider que je suis passée à côté de beaucoup de modèles qui m’auraient bien plu mais qui n’étaient rapidement plus disponibles dans ma taille. Mais quelle galère, je vous jure ! Cela me permet tout de même de vous faire un petit bilan de mes recherches et des sites qui resteront des références pour moi.

L’eco-conception n’est pas toujours assurée mais il y a tout de même une offre assez variée pour des chaussures véganes de fabrication européenne. Que la marque soit française, anglaise ou allemande, les pays de production sont souvent l’Italie, l’Espagne ou le Portugal.  Au moins, on est sûr qu’il s’agit de commerce éthique. L’Italie est le principal pays producteur des matériaux alternatifs au cuir et au daim. Ils sont réputés moins polluants à produire et plus résistants. La microfibre qui remplace le daim peut se nettoyer avec un chiffon imbibé d’eau, ce qui laisse plutôt rêveur. Et en plus, la paire de chaussures n’aura pas fait le tour du monde pour arriver jusqu’à nous ! Moins de gaz à effets de serre, ce ne devrait plus être un luxe mais une obligation morale.

Voici donc les sites que je retiens. Dans le lot, vous devriez trouver votre bonheur. Je ne suis pas très forte en langue, mais j’arrive quand même à me balader sur les sites et à deviner le sens des mots car je n’ai pas toujours envie d’avoir un dictionnaire à côté de soi. Si ça vous intéresse, je pourrais faire un petit lexique des différents termes utiles pour naviguer sur tous ces sites.

Ma sélection de marques

Byblanch

  • Marque française
  • Production Espagne
  • Modèles femme

http://www.byblanch.com/fr/

 By Blanch

Bahatika

  • Marque autrichienne
  • Production Espagne
  • Modèles femme

www.bahatika.com/

Bahatika

Noah chaussures

  • Marque italienne
  • Production Italie
  • Modèles homme et femme

http://www.noah-shop.com/fr//

Noah chaussures véganes

Good guys

  • Marque française
  • Production Portugal
  • Modèle homme et femme

http://goodguys.bigcartel.com/

Good guys

Camminaleggero

Je vous renvoie à l’article que j’avais déjà écrit à ce sujet.

  • Marque italienne
  • Production Italie
  • Modèle homme et femme

www.camminaleggero.com/fr/

Camminal leggero

Beyond the skin

Une marque de chaussures dont les prix sont assez élevés et selon les saisons, le style peut plaire ou non. Je vous renvoie à l’article que j’avais écrit sur cette marque.

  • Marque anglaise
  • Production Espagne
  • Modèle femme (homme bientôt)

http://www.beyondskin.co.uk/

Beyond the skin

Cariris

Ce n’est pas la plus locale des tongs, c’est sûr mais ça reste une solution éthique selon moi. Je vous renvoie à l’article que j’avais déjà rédigé à ce sujet.

  • Marque et production brésilienne
  • Modèle homme et femme

http://www.cariris.fr/

Cariris

Wills

  • Marque anglaise
  • Production Portugal
  • Modèles homme, femme et enfant

https://wills-vegan-shoes.com/

Wills

Nae

  • Marque protugaise
  • Production Portugal
  • Modèles homme et femme

http://www.nae-vegan.com/

nae

 

John W.shoes

(Jonny’s Vegan)

  • Marque Allemande
  • Production Espagne
  • Modèles femme

http://www.johnwshoes.de/kollektionen/jonny-s-vegan/

jonny's vegan

Novacas (=No cows)

  • Marque américaine
  • Production Portugal
  • Modèle homme et femme

http://www.novacas.com/

novacas

 

En bonus !

Pour finir, je vous donne le lien d’une boutique en ligne allemande qui ne propose que des produits véganes et principalement des chaussures. On y trouve aussi pas mal d’accessoires dont un large choix de bonnets 😀

http://www.avesu.de/

avesu

 

 

tongs responsables

Cinquième achat – les tongs responsables

Je continue sur ma lancée pour continuer mon défi de 30€/mois pour renouveler par gade robe de manière éthique. Voici un bref point sur mon dernier achat : des tongs responsables.

Comme je le disais dans le précédent article, j’ai cruellement besoin de renouveler mes chaussures. Ayant des vacances prévues à la mer, il me fallait l’incontournable paire de tongs. J’ai opté pour la marque Cariris que j’avais déjà présentée. Ce fut difficile de se décider sur un modèle, à tel point que j’en ai pris deux paires (ainsi que mon compagnon :x). Rah, moi qui voulais faire dans le minimalisme ! Les soldes ne nous ont pas aidés à être modérés. 12,50€ la paire ! Le consumérisme nous a contaminé de nouveau. Est-ce grave docteur éthique d’avoir deux paires de tongs?

Maintenant, c’est fait, on va pas se flageller davantage. On va dire qu’il y en a une pour l’extérieur (la plage) et l’autre pour la piscine. Mais est-ce que le chlore ou le sable ne risquent pas d’abîmer les motifs ? Elles sont très confortables et fidèles aux photos du site de vente.

Je vous tiendrai au courant de leur évolution. Elles sont jolies hein? 😉

tongs responsables

 

 

sandales véganes

Quatrième achat : sandales véganes

Voilà encore des éléments incontournables d’une garde robe : des chaussures d’été. Parmi celles-ci, il y a inévitablement une paire de sandales véganes.

Stop à la peau animale

Mes chaussures d’été tombaient les unes après les autres. Un bout de semelle en moins sur l’une, une lanière qui lâchait sur une autre. Après plusieurs réparations, il était temps de passer à autre chose. En plus ça me dérangeait de porter encore du cuir. Après deux ans et demi de véganisme, les produits de consommation d’origine animale prennent de plus en plus des allures de film d’horreurs. Je trouve les étalages de viandes et de laitages tellement glauques. Quand on sait ce qu’il y a derrière, ces vitrines illustrent bien cette époque barbare dans laquelle nous vivons. Ça me rend profondément triste pour tous ces animaux qui subissent encore ces atrocités. Le sentiment est le même pour le cuir. J’ai encore quelques affaires en cuir que je n’ai pu me résoudre à jeter tant qu’elles n’étaient pas usées. Mais il n’était pas agréable de ressentir ce pincement au cœur à chaque fois que j’enfilais une ancienne paire de chaussures en cuir. Heureusement, il y a plein de chouettes marques qui proposent des alternatives tout à fait satisfaisantes voire carrément géniales.

Made in Portugal

Donc voici mon quatrième achat, une paire de sandales toute simple, en noir de la marque NAE. J’adore leurs slogans :

“fashion with compassion”
“take a walk on the ethical side”.

Les chaussures sont designées et produites au Portugal. NAE est une abrévation pour “no animal exploitation”.

sandales véganes

Je fais des trous, des petits trous…

La bride étant trop large pour moi, j’ai rajouté un trou. Après de minutieuses recherches dans la cuisine, faute de trouver des ustensiles adaptés dans la caisse à outils, j’ai trouvé mon bonheur : le pic à fondue et le tir bouchon. Le pic à fondue m’a permis de percer le simili cuir et le tir bouchon d’agrandir le trou selon mes besoins. Après il fallait qu’elles m’aillent, ce n’était plus possible de les renvoyer.

Résultat, elles me plaisent. En tout cas, ce fut un plaisir tout particulier de porter des chaussures en cohérence avec mes convictions. On ne dit pas : “être bien dans ses baskets ?” ou “trouver chaussures à son pied”. Quel bel écrin que ces sandales qui me permettent de fouler le sol de cette planète… Bon, elles me font un peu mal aux talons à la longue mais voyons si elles évoluent bien et mes pieds avec elles. Je vous tiens au courant.

sandales véganes

ethletic1

Ethletic : la fausse bonne idée ?

Une alternative éthique aux converses ?

Il n’est pas toujours évident de trouver une alternative éthique aux produits qu’on aime bien et qu’on a l’habitude d’acheter. Mon compagnon est assez fan des converses. Il faut avouer que ces petites baskets sont chouettes. On ne se lasse pas de cet indémodable tellement elles sont confortables. En plus le choix de couleurs nous donne facilement envie d’en posséder plusieurs paires. J’avoue en avoir quelques une dont certaines sont bien vieilles, mais je ne peux me résoudre à les jeter.

Mon homme voulait donc s’en racheter une paire et je l’ai convaincu d’opter pour une version éthique avec la marque Ethletic.

http://shop.ethletic.com/en/

Des simillis converses véganes, commerce équitable, écolo… Le prix ne l’a pas démotivé (le double si on achète ses converses lors d’une vente privée) au vu de tous les engagements éthiques de la marque, ça valait bien d’y mettre ce prix.  Les premiers jours, il était content de son achat, fier de valoriser une économie plus vertueuse. Bref, vous savez l’effet que ça fait ou bien j’espère que vous le vivrai prochainement. En plus elles sont belles !


Déception

Mais ce fut finalement un désenchantement. Après quelques jours, la semelle se décollait sur les côtés. Et après une semaine même pas, des trous se formaient au niveau des talons. Du coup elles prennent l’eau. Elles sont encore portable mais donnent l’impression qu’on les porte depuis un an déjà. Quelle déception. L’investissement tient plus du don que d’un véritable achat pour le coup. Peut-être n’a-t il pas eu de chance avec cette paire. Alors surtout n’hésitez pas à réagir à cette article, surtout si vous avez un vécu différent.

Je tenais à vous partager cette expérience en espérant que ça ne résume pas du tout les produits de la marque que je respecte pour ses engagements.



Beyond the skin

Beyond skin – chaussures véganes

beyond skin

Connaissez vous la marque Beyond skin? Si ce n’est pas encore le cas, elle pourrait réconcilier les plus fashionistas d’entre vous au concept de « mode éthique ». Il s’agit d’une marque anglaise portée par Nathalie Dean et Heather Whittle. La marque vend des chaussures éthiques pour les hommes et les femmes.

La marque est basée en Angleterre. Les usines de fabrications des chaussures sont situées en Espagne. La marque s’efforce de s’approvisionner au plus prêt des usines afin de réduire l’empreinte carbone. Certains composants comme le polyuréthane sont produits en Italie.

chaussures veganes chaussures véganes chaussures véganes chaussures véganes chaussures véganes

Points positifs

  • l’esthétique des modèles
  • les chaussures sont véganes
  • production européenne donc équitable
  • réflexions d’éco-conception

Points négatifs

  • Information partielle sur la composition
  • Le prix

Bilan

Globalement, je suis assez satisfaite par cette marque. Certains composants (et ce n’est pas la majorité) sont des dérivés de la pétrochimie. N’oublions pas l’impact de la production de cuir. Entre les deux, il est difficile actuellement de dire ce qui est le moins impactant pour l’environnement. Le prix reste élevé mais pas inabordable.

Beyond Skin sur Sarenza

Beyond skin